Gourmands de mère en fils

La semaine dernière, grâce à la grève de cantine et à la gentille maîtresse qui m'a dit que ce n'était pas vraiment la peine de ramener mon piaf pour la sieste (ce qui est totalement cohérent), nous avons fait une jolie découverte et de belles rencontres.

J'étais tombée en amour d'une vitrine, dans le quartier des Carmes, je l'avais partagée en Story sur IG et de fil en aiguille (comme souvent sur les réseaux en fait) j'ai échangé quelques mots avec Charlotte, l'heureuse propriétaire des lieux, et ça m'a donné envie d'en savoir plus.


Cette belle petite boutique, c'est Le Potiron d'Or (2, rue des Paradoux à Toulouse) qui a ouvert ses portes il y a bientôt un an au creux de la ville rose.


Je ne regrette pas, moi qui n'habite pas le centre ville (ceci explique pourquoi, oh pourquoi!, je n'avais pas mis le nez dans cette mignonne épicerie avant) d'être allée à la rencontre de Charlotte, Nicolas, Zoé et Léo.
C'est une affaire de famille et les enfants sont tout aussi accueillants que leurs parents.


Et comble du bonheur, ma kiné, chez qui je vais deux fois par semaine pour essayer de retrouver un semblant de ventre plutôt plat (si si j'aimerai qu'il soit plat, ne nous mentons pas, mais quand on est feignante comme je le suis... mais ça, c'est une autre histoire...) se trouve dans la même rue!

Donc, maintenant, je vais acheter mes petits légumes pour la semaine au Potiron d'Or.


Mais pourquoi donc me direz vous?

Parce que, enfin, j'ai trouvé un endroit chaleureux, beau et vintage à souhait (ce qui ne gâche rien à la suite) qui propose des légumes frais, vrais, de saison, locaux et bio!


Mais pas que!

Les jolis meubles servant d'étals sont aussi garnis de conserves en tout genre, de miel, de confitures, de soupes, de vin, de jus de fruits (gros gros coup de coeur pour les nectars savoureux de l'Atelier Patrick Font),...



Et sur le comptoir, au grès des producteurs, vous pourrez aussi trouver de la charcuterie, du fromage de chèvre (qui me tend grand les bras à chaque fois), de la saucisse fraiche,...
Et le tout, encore et toujours local et artisanal.


Pour parfaire le tout, Charlotte et Nicolas sont charmants, souriants, passionnés, bavards (inutile de vous dire que nous y sommes restés un petit moment étant donné ma propension à bavarder...).
Et enfin, Zoé et Léo, leurs enfants, qui sont souvent dans les parages après l'école, ont charmé mon piaf qui ne voulait plus partir.


"On reviendra hein maman? Là ze les connaissait pas mais après ze me souviendrait de eux!"
Je crois que tout est dit et que lui aussi est conquis.

Alors, si vous passez au pied de l'église de la Dalbade, levez le nez, parce qu'elle est très belle, et poussez la porte du Potiron d'Or, vous ne serez pas déçus.

Commentaires

Articles les plus consultés